Les conseils lecture

Bibliothèque George Sand

Le conseil lecture de Marie-Christine, bénévole : janvier 2022

La carte postale

La Carte Postale
d'Anne Berest,

Grasset, Paris, 2021.

Pendant l’hiver 2003, une carte postale anonyme arrive dans le courrier de la famille d’Anne Berest. Avec l’Opéra Garnier en illustration, la carte est postée rue du Louvre avec un timbre à l’envers, seuls quatre prénoms sont écrits, Ephraïm, Emma, Noémie et Jacques. Quelques années plus tard, après une question de sa fille à qui l’on a dit on n’aime pas les Juifs, la romancière repense à la carte mystérieuse et la sort de son tiroir. Avec l’aide sa mère, elle entreprend des recherches sur les quatre personnes citées qui se révèlent être ses arrière grands-parents, sa grand-tante et son grand-oncle morts en déportation. La narratrice nous entraîne alors sur les traces de sa famille dont elle ignorait tout, en particulier sa grand-mère Myriam qui a échappé aux nazis et a eu une vie assez étonnante.

C’est une saga familiale qui devient un roman historique. J’ai beaucoup aimé ce livre dont la lecture est agréable, parfois un peu difficile car l’enquête est longue, mais passionnante ! Il a reçu le Prix Renaudot des lycéens 2021.

Ce livre est disponible à la Bibliothèque.

Le conseil lecture de Marie-Christine, bénévole : décembre 2021

Les Contreforts

Les Contreforts
de Guillaume Sire,

Calmann-Lévy, Paris, 2021.

Léon de Testasecca, fier de ses titres de noblesse, vit dans le château-fort familial avec sa femme Diane et leurs enfants. Situé sur les contreforts des Corbières, le château est délabré, la vigne et le commerce du bois ne suffisent pas à entretenir le domaine. Clémence, dix-sept ans, bricoleuse de génie, répare et rafistole. Pierre, quinze ans, chasse, pose des collets. Tous deux épaulent de leur mieux leurs parents : Diane qui gère tant bien que mal, Léon qui tonitrue et gesticule… Et le sort s’acharne : le château étant classé, les Testasecca sont mis en demeure d’entreprendre des travaux onéreux ou de quitter les lieux. Un bras de fer s’engage…

 En cinq actes, l’auteur déroule une histoire drôle, souvent cocasse, qui tourne peu à peu à la tragédie. Ce roman se lit facilement, avec intérêt car de nombreux détails, à la fois émouvants et affolants, sonnent vrais.

Ce livre est disponible à la Bibliothèque.

Le conseil lecture de Marie-Christine, bénévole : novembre 2021

instagrammable

Instagrammable
d'Éliette Abécassis,

Grasset, Paris, 2021.

Sacha est une adolescente discrète, attentive au monde qui l’entoure. Elle n’est pas différente de ses camarades, tous accrochés à leur portable ! Il y a Jade la vedette du lycée qui est une influenceuse de premier plan ; Léo, ex de Jade, qui papillonne, attiré par Emma élève d’une école privée, il doit séduire Sacha sur ordre de Jade ivre de jalousie. Jade et Léo sont les âmes damnées de cette histoire façon Liaisons dangereuses, comme Mme de Merteuil et Valmont, ils mentent et abusent de la naïveté de leurs proies. À cette attitude abjecte s’ajoutent les réseaux sociaux pires prédateurs que les langues de vipères du XVIIIème siècle.

Instagrammable, car c’est sur Instagram essentiellement que se font les échanges, est un roman moderne, fort et inquiétant. La romancière fait une bonne analyse de ce monde déshumanisé, artificiel où dominent la manipulation, le chantage et le harcèlement, pour ce faire, elle utilise deux langages, celui des jeunes parfois difficilement compréhensible pour nous « les vieux » et celui de notre littérature bien écrite.

Je n’ai pas vraiment « kiffé » ce livre mais j’y ai appris beaucoup de choses sur le monde plein de vacuité de certains jeunes…

Ce livre est disponible à la Bibliothèque.

Le conseil lecture de Marie-Christine, bénévole : octobre 2021

les lettres d'esther

Les Lettres d'Esther
de Cécile Pivot,

Calmann-Lévy, Paris, 2020.

Libraire à Lille, Esther ouvre un atelier d’écriture épistolaire. Les cinq participants ne se connaissent pas sauf de jeunes parents qui traversent une période difficile. Juliette et Nicolas vont donc s’écrire et ils vont également correspondre avec Jeanne, sexagénaire esseulée, et Jean, homme d’affaires blasé. Il y a aussi Samuel, adolescent qui cherche sa voie, et Esther bien sûr qui tente de coordonner le style, l’écriture… Mais rapidement les lettres deviennent des confidences, des conseils, le besoin de se confier transforme l’exercice en un échange sincère car chacun se révèle en détresse. Leurs histoires sont différentes mais l’amitié qui naît entre eux les amène à se rencontrer, après trois mois d’écriture. Leur vie change alors totalement.

Touchant et simple, ce roman est surprenant par sa forme, épistolaire certes mais aussi avec un style et un vocabulaire différents selon les épistoliers. Ce ne sont pas que des lettres, ce sont des pages de vie avec ce qu’elle contient de solitude, de dépression. La romancière nous offre une fin heureuse démontrant les bienfaits de l’écriture épistolaire, exercice qui se raréfie malheureusement.

Ce livre est disponible à la Bibliothèque.

Le conseil lecture de Marie-Christine, bénévole : septembre 2021

Rivage-de-la-colere